Happy(er) Hour (et Bonne Année, au cas où l’on ne s’en serait pas encore entre-mailé)

Happy Hour in Paris c Renaud Favier January 2016

Paris, 18 janvier 2016

Je ne dis pas qu’un peu de pain, un camembert, un verre de vin et un rayon de soleil ne sont pas les piliers d’un petit moment de bonheur minuscule (ni que ça ne manque pas d’un brin de verdure, tout ça, et pas non plus que le couteau bleu est 100% garanti Laguiole made in Auvergne) …

Je signale aux gastronomes que les clacosses au lait cru un peu artisanaux filant vers leur la date limite administrative de consommation sont infiniment plus proches de la maturation comestible que les bouts de plâtre pour paranos sans palet (et souvent soldés dans les supermarchés) pouvant stagner des semaines au frigo sans s’améliorer jamais plus qu’un caprice divin ou autre ersatz de frometon vu à la télé, qu’on produit maintenant de très potables rouges « pour tous les jours » (et souvent faits par de vrais vignerons sur des terroirs naturels pas encore vendus à des fonds d’investissement chinois, des financiers parisiens exilés à Londres ou d’ex-industriels reconvertis dans le business plaisir) en appellation Côte de Saint Mont, et que même si ça coupe un peu l’appétit de griller son pain au nucléaire (ou pire, au gaz importé de pays où l’on n’enverrait pas ses mômes faire un stage dit « étudiant », même mieux rémunéré que les vrais-faux emplois au tiers du SMIC dont raffolent les boites de l’économie réelle n’ayant pas trop le choix pour survivre en milieu hostile en France que de gruger ceux qui n’ont pas le bras trop long, ni trop de pouvoir de nuisance, les agences de com politique donneuses de leçons de morale et autres machins parapublics claquant le fric des tribuables et entreprises surfiscalisées pour acheter des sièges en cuir et filer des salaires indécents et primes honteuses à leurs emplois fictifs parachutés des cabinets ministériels et assimilés), rien n’empêche personne de se débrouiller pour toaster ses vieux quignons avec un dispositif solaire (ni, si on a une cheminée en ordre de marche, de l’utiliser pour autre chose que juste chauffer le ciel et agacer les technocrates du ministère de la déconologie et autres zélus EELV et pi(t)res de la région parisienne voulant mettre des détecteurs de particules diesel VW dans les foyers de cheminées des biobos assujettis à leurs délires).

Happy Hour, c’est quand on veut, si on veut … santé, et bon appétit (et bonne année).

Reno – 18 janvier 2016

 

Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans #Paris, France, Humour, Malbouffe, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s