Tiens, dans « future », y’a presque « réfute »

Forcément, férocement web …

Qu’on trouve ce docu sur la Silicon Valley diffusé début juillet 2018 par Arte vicieusement militant, plutôt convaincant, ou assez insignifiant, c’est toujours plus intéressant en coin d’écran que des pins’ qui twittent entre eux face caméra de millionnaires en short qui jouent au foot sous arbitrage vidéo.

Et pas sûr que ça reste longtemps dans Youtube, en tout cas sur le site Arte+7 qui par construction retire en principe ses contenus 7 jours après la mise en ligne.

Teasing de Arte : « Plongeant au cœur de la Silicon Valley, une remarquable enquête sur les visées impérialistes des géants des nouvelles technologies, Google, Apple, Facebook, Amazon et autres Microsoft, qui ambitionnent de redessiner notre avenir. Dans la Silicon Valley, berceau des technologies numériques situé au sud de San Francisco, une armée de brillants jeunes ingénieurs détient tellement de données sur nos vies qu’elle est devenue toute-puissante. Emmené par les quatre géants de l’Internet, connus sous l’acronyme Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon), auxquels on peut ajouter Microsoft, cet « empire du futur » rebat les cartes du monde en s’immisçant, notamment via les smartphones, dans toutes les interactions humaines. Zuckerberg versus Trump Le réalisateur britannique David Carr-Brown s’est immergé un an durant au cœur de cet empire pour en explorer l’histoire, mais aussi et surtout pour analyser la fracture sociale et politique créée par les multinationales des nouvelles technologies. En 2017, Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook (deux milliards d’utilisateurs), a notamment pris position contre les mesures protectionnistes et anti-immigration de l’administration Trump, révélant un phénomène sans précédent : celui d’un transfert de souveraineté du pouvoir politique au monde économique et technologique, qui interroge sur l’avenir de nos systèmes démocratiques. En d’autres termes : face à des outils numériques aussi puissants aux mains d’intérêts privés, quelles règles un gouvernement peut-il encore imposer ? Où commence la responsabilité de l’État et où s’arrête celle de l’entreprise ? « Je préfère que Mark Zuckerberg détienne mes données, plutôt que Donald Trump ! », soutient dans le film, non sans ironie, le jeune investisseur et millionnaire du bitcoin Jeremy Gardner. Documentaire de David Carr-Brown (France, 2017, 1h18mn) ARTE F.

Commentaire plutôt « pour » le docu d’un dénommé « Emahdiboy » dans Youtube : « il y a un gros problème dans ce docu: le manque de sources, on voit une succession d’intervenants mais qui ne parlent que pour eux-mêmes. Beaucoup cherchent à nous « vendre » leur point de vue. On nous dit par exemple: « les nouvelles technologies détruisent des emplois » mais sans statistiques, rapports précis et argumentés. Cette information me semblent exact, parce que je sais par ailleurs que c’est la thèse du forum économique mondial de Davos qui regroupent les plus grandes entreprises et économistes du monde: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/01/18/20002-20160118ARTFIG00157-robots-et-nouvelles-technologies-feront-perdre-5-millions-d-emplois-d-ici-a-2020.php Mais on donne aussi la parole à ceux qui parlent de « destruction créatrice », sans nous proposer qui a raison ou tort, sans preuves, c’est juste parole contre parole. On nous parle rapidement d’Ayn Rand, des mouvements hippies, des libertariens et du néo-libéralisme comme s’il y avait un continuum de la pensée. J’ai des difficultés à voir un continuum entre les idées écologiques prônant le « do it yourself » du Whole Earth Catalog et les pubs de facebook, ou entre les idées d’Ayn Rand et la surveillance globalisée que permettent les nouvelles technologies… C’est loin d’être aussi simple et m’est avis que beaucoup d’acteurs de la silicon valley n’ont en rien à carrer… et plus probable justement qu’ils aient lu de la SF, contrairement à ce qu’on nous dit. Il faudrait faire un sondage: « 1 – Connaissez vous Ayn Rand? 2 – Avez-vous entendu parler du Whole Earth Catalog? 3- Avez-vous entendu parler de 1984, de Farenheit 451, ou du meilleur des mondes? » Moi je mets ma main à couper que ce sera en moyenne 1- No 2- No 3- Yes. Les hippies sont pour beaucoup collectivistes, plus libertaires que libertariens et on n’est pas ici dans la nuance, alors qu’Ayn Rand prône la liberté individuelle et individualisme (et rejette qu’on la classe parmi les ultra-libéraux), les libertariens veulent la destruction de l’Etat ce qui n’est pas le cas de tous les néo-libéraux, qui veulent un Etat réduit à ses fonctions régaliennes, mais un Etat tout de même. Il n’y a pas vraiment de rapport entre ceux qui veulent moderniser l’Etat et ceux qui veulent sa fin… Pas forcément de liens entre ceux qui prônent une collectivité mondiale, ceux qui défendent le multiculturalisme ou ceux qui ne mettent en avant que l’individu, ceux qui ne veulent que le profit matériel, ou encore ceux qui pensent le monde futur dominé par une IA ou pour des entreprises. Comme le fait remarquer un intervenant, il n’y a pas de stratégie globale et facilement explicable de la silicon valley. Et puis si on part du principe que c’est l’argent qui mène le jeu, on est certes dans l’idéologie capitaliste et ultra-libérale, mais où alors s’exerce la volonté et la liberté idéologique une fois placé cet argument? Tout ça manque de cohérence sous l’apparence d’en proposer une et le rendu me laisse perplexe. En tout cas c’était tout de même instructif.
Autre critique, le bonhomme à la fin semble penser que si les USA prennent des décisions lentement, c’est parce que c’était une volonté politique d’origine, alors que la Chine, elle peut décider rapidement… La différence pour moi est: 1) que les USA sont une démocratie, ce qui explique que la décision soit plus lente parce qu’il y a débat démocratique alors que la Chine est un pays totalitaire gouverné par une caste de dirigeants. 2) Les USA sont tout de même aussi une oligarchie, même si la démocratie y existe, les castes dirigeantes doivent tout de même convaincre, persuader ou même dissuader les gens de voter, le peuple a quand même un pouvoir… Mais dans l’exemple qui est pris, à savoir les énergies renouvelables, qui donc freinent les décisions de l’Etat? Est-ce le débat « démocratique »? Est-ce les structures administratives complexes qui ralentissent le processus de décision? Ou n’est-ce pas plutôt les lobbys industriels, donc les grandes entreprises, vous savez, celles que le même monsieur vante pour prendre « des décisions rapides »… qui font pression sur les politiciens qu’ils financent à grand coup de milliards durant les campagnes électorales? En fait, ce monsieur a une vision hyper simpliste, il est dans le domaine de la croyance, de l’idéologie pure et pensant s’appuyer sur le réel il est complètement à coté de la plaque!« 
Avis plutôt « contre » d’un autre commentateur dans Youtube, « La Démocratie est la Dictature du peuple » : « Les nouvelles technologies, contrairement à ce que prétendent ces malades du slip sont condamnées à toutes disparaître dans le siècle suivant. Pourquoi ? 1: Stress métallique –> elles nécessitent énormément de métaux rares. Or, l’ingénieur des métaux Philippe Bihouix explique très bien que l’on ne va plus pouvoir en extraire autant, alors que le développement des high-tech nécessite de plus en plus de ce précieux sésame. Stress énergétique –> ingénieur Jean-marc jancovici explique également que l’on va avoir des problèmes au niveau énergétique. Par conséquent, les capitalistes de Californie, loin de révolutionner le monde, vont disparaître dans leur saleté. Et c’est tant mieux !« 
Remarque manquant un brin de subtilité, mais pas de bon sens ironique, de « Alain Portant » : « Petit documentaire de merde orienté anti-trump dès 1:00:00 . Bravo Arté, vous faites bien votre boulot.« 
En tout cas, c’est du Food for thought …
RF – 9 juillet 2018
Publicités

A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)
Cet article, publié dans Facebook, Internet, startup, Twitter, Uber, Uncategorized, web, Youtube, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s